En France : de 1985 à nos jours.

A la suite d’appel d’évêques des diocèses voisins, nous avons fondé dans l’Aisne et la Haute-Marne.

Vermand :

La communauté fonda celle de Vermand en France, dans le nord du département de l’Aisne en 1985. Cinq soeurs sont parties à pieds pour s’y rendre du monastère alors situé à Tinqueux.

Les soeurs se présentent elles-mêmes :

« Nous avons été fondées en 1985 par nos sœurs de Cormontreuil (Tinqueux à l’époque), en réponse à l’appel de l’Évêque de Soissons-Laon-St Quentin, Monseigneur Labille. L’originalité de cette fondation tient à son lieu d’implantation, le milieu rural. Les premières sœurs ont longtemps cultivé un jardin, élevé quelques chèvres et les gens des alentours ont très vite partagé les fruits de leurs récoltes, produits de leur élevage et de la chasse.
Cela a créé petit à petit des liens d’amitié qui durent encore aujourd’hui, nous invitant à l’action de grâce.

Une petite maison ouvrière a été aménagée avec des gens du village, pour y vivre et y prier. L’oratoire restera longtemps dans les mémoires à cause de son caractère de grande simplicité, caractère que nous avons voulu garder pour la nouvelle chapelle inaugurée en 2005.
Une partie de la maison servait à accueillir les personnes de passage, mais en 1997, nous avons construit une maison pour accueillir retraitants et petits groupes.


Nous vivons au rythme de la prière des Heures, avec les Matines (6h30), les Laudes (8h00), la messe quasi quotidienne (11h15), le Milieu du Jour, les Vêpres (17h30), l’Adoration du St Sacrement (chaque jour de 18h à 19h) et les Complies (20h15).

C’est notre mission de louer et d’intercéder pour tous les hommes. La prière nous invite à mettre toute notre confiance, notre force et notre joie en Dieu seul. Elle nourrit notre vie de foi.
Nous veillons à garder un équilibre entre le travail et la prière, entre les rencontres fraternelles et les temps de silence et de solitude.

Cette vie simple n’est pas coupée du monde qui nous est proche par l’accueil et les échanges avec d’autres personnes, d’autres communautés, avec l’Eglise et tous ceux avec qui nous sommes en lien à travers le monde (missionnaires, laïcs engagés…) et par le journal.
« La Forme de Vie des Sœurs Pauvres, c’est de vivre l’Évangile » écrivait Sainte Claire au début de sa Règle, c’est là notre vocation qui rejoint celle de tout baptisé. Le choix de vivre dans la pauvreté, la chasteté et l’obéissance évangéliques, est une réponse personnelle de chacune à l’appel de Dieu pour témoigner de Lui et de son Amour pour tout homme, témoigner de la joie de sa rencontre avec Jésus-Christ. »

Si vous souhaitez en savoir plus, regardez la page du diocèse de Soissons : https://www.soissons.catholique.fr/les-services-mouvements/soeurs-clarisses/

Rôocourt-la côte :

Une autre fondation a été réalisée en 1994 sur l’appel de l’évêque de Langres, à l’époque Mgr frère Léon Taverdet. Quelques sœurs sont parties d’abord à Chaumont puis en janvier 1996, se sont établies dans le village de Roôcourt-la-côte (Haute-Marne). La communauté a vécu son appel de vie de prière et de vie fraternelle jusqu’en octobre 2008, date à laquelle les sœurs sont revenues à Cormontreuil.

Malgré la fermeture de cette fondation, notre communauté a gardé des liens d’amitié avec le diocèse de Langres et sa population.

Photos de Vermand :

Petit jardin et chalet des hôtes
Le chalet des hôtes
Chapelle de Vermand
Chapelle

Coordonnées de la communauté de Vermand :

Tél. : 03 23 66 48 90
25 rue de Bihécourt
F-02490 Vermand

En Afrique : de 1970 à nos jours.

L’aventure a commencé avec une autre communauté clarisse française en 1970 avant de continuer en 1975. Depuis chaque communauté a pris son envol et fonde aussi ailleurs.

MBUJI-MAYI (République Démocratique du Congo) :

La première fondation à laquelle notre communauté a pris part avec un autre monastère français (Azille), est celle de Mbuji Mayi (en République Démocratique du Congo) en 1970.

Si vous désirez les joindre voici les coordonnées :
Monastère MAMU WA BUPOLE «Notre Dame de la Paix»
BP 76
MBUJI-MAYI
République Démocratique du Congo

Voici quelques lignes de présentation rédigées par elles pour se présenter à vous :

« Notre monastère « MAMU WA BUPOLE » ( Notre Dame de la Paix ), a été fondé en 1970 par le Monastère Sainte Claire d’Azille dans le Diocèse de Carcassonne dans Diocèse de Mbuji Mayi. Il comptait 5 sœurs fondatrices dont 4 françaises parmi elles sœur Claire du Sacré Cœur du Monastère de Reims (Tinqueux – Cormontreuil) à qui le Seigneur a accordé la grâce de participer à la fondation de Djiri.
« Multipliez-vous soyez féconds remplissez la terre » (Gn 1,28) et avec sainte Claire : « Que le Seigneur qui nous a donné la grâce de bien commencer nous donne aussi celle de nous épanouir en Lui ». (Test. 23).
Aujourd’hui le Monastère MAMU WA BUPOLE compte une quarantaine de sœurs. Notre vie est pleinement Contemplative et de prière intense. Pour assurer notre vie, nous travaillons de nos propres mains. Parmi nos activités nous travaillons la terre, un petit élevage des lapins, porcs et volailles. Nous disposons d’un petit atelier de fabrication des hosties, c’est notre manière d’être au service de l’Église locale. Nous nous occupons de la maison d’accueil qui est, en fait, un lieu de prière, de silence et de formation. Cette maison est ouverte aux prêtres, aux consacrés et à d’autres personnes de l’extérieur. Une façon pour le Monastère de partager avec le monde notre richesse de prière, de silence. Nous travaillons aussi à la confection des vêtements liturgiques.
Devenue autonome, la communauté a elle-même fondé en République du Congo en 2005 le monastère « Notre Dame des Sources » à DJIRI près de Brazzaville. »

DJIRI (République du Congo) :

Issue de notre première fondation en République Démocratique du Congo, nous sommes en lien avec la communauté de Djiri.

Si vous désirez les joindre voici les coordonnées :
Monastère « Notre Dame des Sources »
DJIRI
C/C Pères Franciscains BP 14 845
BRAZZAVILLE
République du CONGO

Voici quelques lignes de présentation rédigées par elles pour se présenter à vous :

« Nous sommes les Clarisses de Djiri, monastère Notre Dame des Sources. Nous avons été fondées par le monastère Notre Dame de la Paix de Mbuji-Mayi en janvier 2005. Nous avons été appelées par nos frères franciscains qui ne concevaient pas leur mission sans la présence de leurs sœurs clarisses.
C’est avec joie que nous avons répondu à cet appel. Nous sommes une présence simple, accueillant les gens pauvres qui nous entourent. Nous essayons de rayonner notre charisme en soignant notre vie de prière et notre vie fraternelle, bien convaincues que c’est le meilleur témoignage que l’on puisse donner. »

ABIDJAN (Côte d’Ivoire) :

La seconde fondation pour notre communauté a été celle d’ABIDJAN en 1975 en Côte d’Ivoire.

Si vous voulez les joindre voici les coordonnées :
Monastère Sainte Claire
06 BP 159
ABIDJAN 06
COTE D’IVOIRE

Quatre sœurs sont parties du monastère de Tinqueux en juillet 1975 pour partir en bateau et arriver à Abidjan le 6 août. Les soeurs ont commencé dans une petite maison prêtée par l’évêque avant de trouver un terrain pour bâtir le monastère. C’était un terrain près du grand séminaire mais très éloigné de la ville et difficile d’accès. Du coup, en 1978, les soeurs rejointes par une cinquième soeur de Tinqueux, ont cherché un autre terrain plus près de la ville, à Abobo Té où il est actuellement. Après un temps d’attente, des jeunes filles du pays et d’ailleurs vont venir rejoindre la communauté. La petite plante de Tinqueux a grandi et s’est enracinée de plus en plus. La communauté est alors devenue autonome en 1992 et a vécu les premières élections de son abbesse, la soeur responsable de la communauté, en janvier 1993. Elle vit de travaux divers dont les jus et spiritueux, les ornements liturgiques, les bougies, la maison d’accueil … Elles traversent avec la population les événements douloureux et joyeux. Elles sont soutenues au quotidien par de nombreux amis et bienfaiteurs.

Sur appel du ministre général des frères mineurs, la communauté est allée fonder au Togo en 1996 à Aképé près de Lomé. Et en 2020, le 8 décembre, la communauté a commencé une nouvelle fondation au Sénégal en envoyant 5 soeurs. Une nouvelle histoire clarisse s’ouvre en cette terre africaine.

En 2021, la communauté est constituée d’une petite vingtaine de soeurs toutes originaires de Côte d’Ivoire, du Burkina, du Togo et du Congo.

LOME (Togo) :

Issue de notre seconde fondation de Côte d’Ivoire, nous sommes en lien avec la communauté de Lomé.

Si vous voulez les joindre voici les coordonnées :
Monastère Sainte Claire
8 BP 8584
LOME 8
TOGO

Voici quelques lignes de présentation rédigées par elles pour se présenter à vous :

« La famille franciscaine était déjà présente au Togo depuis une quarantaine d’années quand le monastère des Clarisses est né. C’est un essaim venu du monastère Sainte Claire d’Abidjan répondant à l’appel du Ministre Général de l’Ordre des frères mineurs, et de toute la famille franciscaine du Togo. Les premières démarches s’effectuent en 1993. Le 17 septembre 1995, en la fête des stigmates de saint François, le groupe des soeurs fondatrices est choisi. Le 14 janvier 1996, l’envoi de quatre sœurs est vécu à Abdijan et les soeurs arrivent discrètement le matin du 26 janvier 1996 sur les lieux, avec comme seul bagage cette parole de l’Évangile : « A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples, à cet amour que vous aurez les uns pour les autres ».

Depuis ce matin des commencements, les valeurs intérieures que sont l’Amour, le silence, la foi et la prière, prenaient corps dans cette nouvelle ouverture sur la route de l’Évangile. En janvier 2009, la communauté a été érigé comme monastère autonome en même temps qu’elle célébrait la profession solennelle de la seconde soeur togolaise.

Le monastère regroupe maintenant une communauté d’une vingtaine de sœurs originaires de 6 nationalités : Togo, Côte d’ivoire, Bénin, Congo (RDC), Burkina et France. Il est situé à 24 km de la ville de Lomé et il est doté d’une maison d’accueil qui offre l’hospitalité à ceux qui sentent le besoin de se ressourcer, de rechercher une solution aux défis actuels de l’Évangélisation, du travail. »

« Demeurez toujours les amies de Dieu, les amies de vos âmes et de toutes vos soeurs, et soyez toujours attentivement fidèles aux promesses que vous avez faites au Seigneur.

Que le Seigneur soit toujours avec vous, et puissiez-vous être, vous aussi, toujours avec lui ! Amen. »

Testament de sainte Claire

Vous n'êtes pas connecté à internet