Retour sur le colloque par Benoît H.

Benoît HESS*, membre d'un groupe venant régulièrement au monastère, nous partage sa relecture du colloque suivi en visio-conférence :

Retour sur un colloque : Soeurs Pauvres, huit siècles de vie clarisse à Reims, 1220-2020

Malgré des conditions sanitaires particulières, le colloque sur le huitième centenaire de la fondation du monastère des Clarisses à Reims s’est effectivement tenu dans les locaux d’un ESAT, tout proche, à Cormontreuil.

Soeurs Cormontreuil Nantes MB MNIl a été merveilleux que les moyens techniques permettent, entre autres, à la communauté des clarisses de Nantes de suivre en direct les travaux de cette rencontre. Ce sont elles qui ont refondé la communauté de Reims en 1933 et elles ont contribué à donner la physionomie des bâtiments que nous avons connus à Tinqueux entre 1980 et 2000. L’une des clarisses de Nantes a pris la parole avec une soeur de Reims pour parler de cette étape de la refondation.

Il est tout aussi fabuleux de pouvoir écouter une conférence donnée en direct par un chercheur résidant aux États-Unis, dans le Vermont, qui n’a pu effectuer le déplacement. Il projette des diapos à 6000 km : nous lisons la substance de son intervention comme s’il était dans la salle. Après sa présentation, toujours en direct, il répond aux questions soulevées par l’auditoire et les personnes qui suivent en visioconférence au sujet des hypothèses qu’il a formulées.

Le propre d’un colloque, c’est d’apporter plus de questions que de réponses et de critiquer l’état de la connaissance à un moment donné. Deux clarisses de Cormontreuil ont pris la parole pour rendre compte de leurs recherches aux archives départementales de la Marne où l’on trouve des documents originaux très précieux.

colloque assemblee 10oct2020Les sources locales sont peu nombreuses. Mais elles sont complétées par des sources extérieures car, vers 1260, cinq clarisses de Reims sont allées à Longchamp, près de Paris, pour aider à la mise en route d’un monastère de « soeurs mineures encloses ». Nous disposons de leurs noms et aussi du fait que l’une d’entre elles est devenue présidente de la communauté en l’absence provisoire d’une abbesse.

Entre 1652 et 1663, une soeur, Anne CLEMENT, a rédigé une chronique qui tente de remonter aux origines du monastère. La communauté de Tinqueux, en 1980, a découvert qu’elle était dépositaire de l’original de ce document inestimable.

Comment se fait-il que les soeurs aient écrit au milieu du XVIIème, plus de quatre siècles après la fondation ? Un chapitre des frères mineurs s’était tenu à Tolède à cette époque : il incitait les communautés à écrire leur propre histoire. A cette même époque, la ville de Reims a été confrontée à trois fléaux qui ont
pu sembler menacer le monastère : la peste, la guerre avec un afflux de réfugiés et des famines et des disettes que cela a engendrées. Et puis le pouvoir royal a contesté le droit à la communauté d’élire son abbesse. Il considérait alors qu’il y avait trop de communautés religieuses dans la ville. Les soeurs disposaient d’un solide bagage intellectuel pour écrire leur propre histoire en rassemblant les sources disponibles à l’époque afin de laisser une trace sur leur vie. Il se pourrait que cette chronique ait été rédigée par plusieurs mains, ou plutôt par la même à deux époques différentes.

Les origines sociales des soeurs ne sont pas clairement identifiées. C’est un champ de recherche à explorer. Beaucoup de familles bourgeoises de l’époque ont eu une fille qui est devenue clarisse, plus exactement soeur de choeur, car on parle bien peu des converses. Claire Colbert, soeur ainée de Jean-Baptiste, a été élue abbesse de la communauté à sept reprises. Leur soeur, Agnès Colbert, elle aussi, a été abbesse du monastère. Intérêts étatiques et ecclésiastiques se confondaient au coeur de ces familles de la haute bourgeoisie qui savaient magnifiquement bien faire fonctionner les réseaux.

La Révolution est arrivée. Comme pour les autres congrégations, les soeurs ont eu l’obligation de quitter leur couvent en septembre 1792. Elles étaient 26 soeurs de choeur et 9 soeurs converses qui, pour la plupart, sont retournées dans leur famille. L’une d’entre elles a tenté de restaurer la vie clarisse après la
révolution mais elle n’y est pas parvenue. Le mobilier a été vendu et les bâtiments (où s’élève maintenant le conservatoire de musique) est devenu une caserne.

Veronique Beaulande Caroline GallandPendant tout le XIXème siècle, le Tiers Ordre franciscain a maintenu très vivante la flamme de cette spiritualité à Reims. Ce sont 18 soeurs qui sont arrivées de Nantes pour refonder le monastère en 1933. La plus âgée avait 35 ans. Leur premier repas a été préparé par les frères capucins qui les ont hébergées provisoirement. La pose de la première pierre du monastère a eu lieu le 12 juin 1939. Mais la guerre a interrompu les travaux. L’abbesse de Nantes est restée abbesse de Reims jusqu’en 1958. De nombreux voyages ont eu lieu entre les deux communautés pendant ces 25 années. Les soeurs confectionnaient des hosties dès 1956.

Les locaux bâtis étaient conçus pour faire vivre une communauté de 60 moniales. Entourées par les champs, elles ont vécu dans une ambiance rurale et elles pratiquaient l’élevage. Mais ce bâtiment s’est révélé peu fonctionnel et peu adapté au désir de la communauté de vivre une vocation de soeurs pauvres. Petit à petit a mûri l’idée d’un déménagement pour accueillir plus facilement des groupes d’Église sans avoir à amortir des coûts de mise aux normes. Elles voulaient aussi ouvrir leurs portes aux gens de la rue. Leur cheminement communautaire et l’exploration de leur archives les ont incitées à vivre plus proches de l’idéal proposé par François et Claire : silence, prière, vie fraternelle, accueil et ouverture aux personnes en situation d’exclusion.

* Depuis 40 ans, nous (groupe bible) avons la joie de bénéficier de cet accueil. C’est merveille de relire nos histoires respectives et notre histoire commune. Merci à la communauté pour sa belle fidélité et son souci de porter dans la prière les femmes et les hommes de notre monde.