Prier en temps de confinement

genets et ciel bleu

Introduction : 

Tu es vivant, Jésus, éternelle joie ! Que le monde soit en fête, alléluia !« Alleluia ! Victoire sur la mort ! Christ est ressuscité, alléluia !

Réjouis-toi, Vierge Marie. Toi la première des sauvés, alléluia !

Gloire au Dieu vivant, saint et immortel. Gloire au Père par le Fils, dans l'Esprit, alléluia ! Alléluia ! »


Chant : « Il s'est levé d'entre les morts »

arbre dans jardin

1. Il s'est levé d'entre les morts Le Fils de Dieu notre Frère,
il s'est levé libre et vainqueur,
il a saisi notre destin au coeur du sien,
pour le remplir de sa lumière.

2. Sur lui dans l'ombre sont passées les grandes eaux baptismales
de la douleur et de la mort,
et maintenant du plus profond de sa Passion,
monte sur nous l'aube pascale.

3. L'histoire unique est achevée : premier enfant du Royaume,
Christ est vivant auprès de Dieu;
mais son exode humble et caché,
le Fils aîné le recommence pour chaque homme.

4. Ne cherchons pas hors de nos vies à retrouver son passage :
il nous rejoint sur nos sentiers,
mais au delà de notre mort
c'est lui encore qui nous attend sur le rivage.

 

1. Noé dans l'Arche
Gn 7, 1 + 11-18

"Le Seigneur dit à Noé : « Entre dans l’arche, toi et toute ta famille, car j’ai vu qu’au sein de cette génération, devant moi, tu es juste.
L’an six cent de la vie de Noé, le deuxième mois, le dix-septième jour du mois, ce jour-là, les réservoirs du grand abîme se fendirent ; les vannes des cieux s’ouvrirent.
Et la pluie tomba sur la terre pendant quarante jours et quarante nuits.
En ce jour même, Noé entra dans l’arche avec ses fils Sem, Cham et Japhet, avec sa femme et les trois femmes de ses fils.
Y entrèrent aussi tous les animaux selon leur espèce, tous les bestiaux selon leur espèce, tous les reptiles qui rampent sur la terre selon leur espèce, et tous les oiseaux selon leur espèce, tout ce qui vole, tout ce qui a des ailes.
Couple par couple, tous les êtres de chair animés d’un souffle de vie entrèrent dans l’arche avec Noé.
Ceux qui entraient, c’était un mâle et une femelle de tous les êtres de chair, comme Dieu l’avait ordonné à Noé. Alors le Seigneur ferma la porte sur Noé.
Et ce fut le déluge sur la terre pendant quarante jours. Les eaux grossirent et soulevèrent l’arche qui s’éleva au-dessus de la terre.
Les eaux montèrent et grossirent beaucoup sur la terre, et l’arche flottait à la surface des eaux."

Psaume 103 (partiel)

Bénis le Seigneur, ô mon âme ;arc en ciel 1
Seigneur mon Dieu, tu es si grand !
Revêtu de magnificence,
tu as pour manteau la lumière !

Comme une tenture, tu déploies les cieux,
tu élèves dans leurs eaux tes demeures ;
des nuées, tu te fais un char,
tu t'avances sur les ailes du vent ;
tu prends les vents pour messagers,
pour serviteurs, les flammes des éclairs.

Tu as donné son assise à la terre :
qu'elle reste inébranlable au cours des temps.
Tu l'as vêtue de l'abîme des mers :
les eaux couvraient même les montagnes ;
à ta menace, elles prennent la fuite,
effrayées par le tonnerre de ta voix.

Quelle profusion dans tes œuvres, Seigneur ! 
Tout cela, ta sagesse l'a fait ; 
la terre s'emplit de tes biens.

Voici l'immensité de la mer,
son grouillement innombrable d'animaux
grands et petits,
ses bateaux qui voyagent,
et Léviathan que tu fis pour qu'il serve
à tes jeux

Tous, ils comptent sur toi
pour recevoir leur nourriture au temps voulu.
Tu donnes : eux, ils ramassent ;
tu ouvres la main : ils sont comblés.

Tu caches ton visage : ils s'épouvantent ;
tu reprends leur souffle, ils expirent
et retournent à leur poussière.
Tu envoies ton souffle : ils sont créés ;
tu renouvelles la face de la terre.

Gloire au Seigneur à tout jamais !
Que Dieu se réjouisse en ses œuvres !
Il regarde la terre : elle tremble ;
il touche les montagnes : elles brûlent.

Je veux chanter au Seigneur tant que je vis ;
je veux jouer pour mon Dieu tant que je dure.
Que mon poème lui soit agréable ;
moi, je me réjouis dans le Seigneur.
Que les pécheurs disparaissent de la terre !
Que les impies n'existent plus !

Bénis le Seigneur, ô mon âme !

 

2.Jonas dans la baleine 
Jon 1, 1 à 2, 2

"La PAROLE DU SEIGNEUR fut adressée à Jonas, fils d’Amittaï : « Lève-toi, va à Ninive, la grande ville païenne, et proclame que sa méchanceté est montée jusqu’à moi. »
Jonas se leva, mais pour s’enfuir à Tarsis, loin de la face du Seigneur. Descendu à Jaffa, il trouva un navire en partance pour Tarsis. Il paya son passage et s’embarqua pour s’y rendre, loin de la face du Seigneur. Mais le Seigneur lança sur la mer un vent violent, et il s’éleva une grande tempête, au point que le navire menaçait de se briser.
Les matelots prirent peur ; ils crièrent chacun vers son dieu et, pour s’alléger, lancèrent la cargaison à la mer. Or, Jonas était descendu dans la cale du navire, il s’était couché et dormait d’un sommeil mystérieux. Le capitaine alla le trouver et lui dit : « Qu’est-ce que tu fais ? Tu dors ? Lève-toi ! Invoque ton dieu. Peut-être que ce dieu s’occupera de nous pour nous empêcher de périr. » Et les matelots se disaient entre eux : « Tirons au sort pour savoir à qui nous devons ce malheur. » Ils tirèrent au sort, et le sort tomba sur Jonas. Ils lui demandèrent : « Dis-nous donc d’où nous vient ce malheur. Quel est ton métier ? D’où viens-tu ? Quel est ton pays ? De quel peuple es-tu ? »
Jonas leur répondit : « Je suis Hébreu, moi ; je crains le Seigneur, le Dieu du ciel, qui a fait la mer et la terre ferme. »
Les matelots furent saisis d’une grande peur et lui dirent : « Qu’est-ce que tu as fait là ? » Car ces hommes savaient, d’après ce qu’il leur avait dit, qu’il fuyait la face du Seigneur. Ils lui demandèrent : « Qu’est-ce que nous devons faire de toi, pour que la mer se calme autour de nous ? » Car la mer était de plus en plus furieuse. Il leur répondit : « Prenez-moi, jetez-moi à la mer, pour que la mer se calme autour de vous. Car, je le reconnais, c’est à cause de moi que cette grande tempête vous assaille. »
Les matelots ramèrent pour regagner la terre, mais sans y parvenir, car la mer était de plus en plus furieuse autour d’eux. Ils invoquèrent alors le Seigneur : « Ah ! Seigneur, ne nous fais pas mourir à cause de cet homme, et ne nous rends pas responsables de la mort d’un innocent, car toi, tu es le Seigneur : ce que tu as voulu, tu l’as fait. »
Puis ils prirent Jonas et le jetèrent à la mer. Alors la fureur de la mer tomba. Les hommes furent saisis par la crainte du Seigneur ; ils lui offrirent un sacrifice accompagné de vœux.
Le Seigneur donna l’ordre à un grand poisson d’engloutir Jonas. Jonas demeura dans les entrailles du poisson trois jours et trois nuits. Depuis les entrailles du poisson, il pria le Seigneur son Dieu. Il disait : "

Nous enchaînons par le Cantique de Jonas Jon 2,3-10 ci-dessous:

Dans ma détresse, je crie vers le Seigneur,
et lui me répond ;
du ventre des enfers j’appelle :
tu écoutes ma voix.

Tu m’as jeté au plus profond du cœur des mers,
et le flot m’a cerné ;
tes ondes et tes vagues ensemble
ont passé sur moi.

Et je dis : me voici rejeté
de devant tes yeux ; Jesus tombe premiere fois 3
pourrai-je revoir encore
ton temple saint ?

Les eaux m’ont assailli jusqu’à l’âme,
l’abîme m’a cerné ;
les algues m’enveloppent la tête,
à la racine des montagnes.

Je descendis aux pays dont les verrous
m’enfermaient pour toujours ;
mais tu retires ma vie de la fosse,
Seigneur mon Dieu.

Quand mon âme en moi défaillait,
je me souvins du Seigneur ;
et ma prière parvint jusqu’à toi
dans ton temple saint.

Les servants de vaines idoles
perdront leur faveur.

Mais moi, au son de l’action de grâce,
je t’offrirai des sacrifices ;
j’accomplirai les vœux que j’ai faits :
au Seigneur appartient le salut.

 

3. Paul et Silas dans leur prison chantent les louanges du Seigneur.
Ac 16, 19-25 

" Les maîtres, voyant s’en aller l’espoir de leurs bénéfices, se saisirent de Paul et de Silas et les traînèrent sur la place publique auprès des autorités.
Puis, ils les firent comparaître devant les magistrats en disant : « Ces gens troublent notre cité : ils sont Juifs, et ils prônent des coutumes que nous n’avons pas le droit d’accepter ni de pratiquer, nous qui sommes citoyens romains. »
Alors, la foule se déchaîna contre Paul et Silas. Les magistrats ordonnèrent de leur arracher les vêtements pour leur donner la bastonnade.
Après les avoir roués de coups, on les jeta en prison, en donnant au geôlier la consigne de les surveiller de près. Pour appliquer cette consigne, il les mit tout au fond de la prison, avec les pieds coincés dans des blocs de bois.
Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les autres détenus les écoutaient."

 Psaume 32 

Criez de joie pour le Seigneur, hommes justes !
Hommes droits, à vous la louange !

Rendez grâce au Seigneur sur la cithare,
jouez pour lui sur la harpe à dix cordes.
Chantez-lui le cantique nouveau,
de tout votre art soutenez l'ovation.

Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ; 
il est fidèle en tout ce qu'il fait.
Il aime le bon droit et la justice ;
la terre est remplie de son amour.

glycine

Le Seigneur a fait les cieux par sa parole, 
l'univers, par le souffle de sa bouche. 
Il amasse, il retient l'eau des mers ; 
les océans, il les garde en réserve.

Que la crainte du Seigneur saisisse la terre,
que tremblent devant lui les habitants du monde ! 
Il parla, et ce qu'il dit exista ;
il commanda, et ce qu'il dit survint.

Le Seigneur a déjoué les plans des nations,
anéanti les projets des peuples. 
Le plan du Seigneur demeure pour toujours,
les projets de son coeur subsistent d'âge en âge.

Heureux le peuple dont le Seigneur est le Dieu,
heureuse la nation qu'il s'est choisie pour domaine ! 
Du haut des cieux, le Seigneur regarde :
il voit la race des hommes.

Du lieu qu'il habite, il observe
tous les habitants de la terre,
lui qui forme le coeur de chacun,
qui pénètre toutes leurs actions.

Le salut d'un roi n'est pas dans son armée,
ni la victoire d'un guerrier, dans sa force.
Illusion que des chevaux pour la victoire :
une armée ne donne pas le salut.

Dieu veille sur ceux qui le craignent,
qui mettent leur espoir en son amour,
pour les délivrer de la mort,
les garder en vie aux jours de famine.

Nous attendons notre vie du Seigneur :
il est pour nous un appui, un bouclier. 
La joie de notre coeur vient de lui,
notre confiance est dans son nom très saint.

Que ton amour, Seigneur, soit sur nous 
comme notre espoir est en toi !

 

4. Les disciples enfermés au Cénacle
Jn 20, 19-23

" Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! »
Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.
Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. »
Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »"

Psaume 15 gestué

gestuelle paque 2020

Garde-moi, mon Dieu : 
j'ai fait de toi mon refuge. 
J'ai dit au Seigneur : « Tu es mon Dieu !
Je n'ai pas d'autre bonheur que toi. »

Toutes les idoles du pays, ces dieux que j'aimais, 
ne cessent d'étendre leurs ravages,  et l'on se rue à leur suite. 
Je n'irai pas leur offrir le sang des sacrifices ; 
leur nom ne viendra pas sur mes lèvres !

Seigneur, mon partage et ma coupe :
de toi dépend mon sort.
La part qui me revient fait mes délices ;
j'ai même le plus bel héritage !

Je bénis le Seigneur qui me conseille :
même la nuit mon coeur m'avertit.
Je garde le Seigneur devant moi sans relâche ;
il est à ma droite : je suis inébranlable.

Mon coeur exulte, mon âme est en fête,
ma chair elle-même repose en confiance :
tu ne peux m'abandonner à la mort
ni laisser ton ami voir la corruption.

Tu m'apprends le chemin de la vie :
devant ta face, débordement de joie !
A ta droite, éternité de délices !

Oraison :

"Tu viens Seigneur ressuscité et tu te tiens au milieu de nous, dans nos confinements intérieurs. Ouvre-nous à l'action recréatrice de ton Esprit afin qu'Il façonne en nous, en chacun de nos frères, un cœur fraternel et mette en chaque baptisé un souffle nouveau de louange, de joie et de dynamisme missionnaire en Christ ressuscité, notre Seigneur et notre Dieu qui règne avec Toi et le Saint Esprit maintenant et pour les siècles des siècles."

Fin :

« Christ est vivant alléluia !
Christ s'est levé d'entre les morts, alléluia !
Sa mort a terrasé la mort, sa vie nous a rendu la vie ! Alléluia, Alléluia ! »