Colloque

Du Vendredi 09 Octobre 2020 (09h00) au Samedi 10 Octobre 2020 (17h00) 

 

Un colloque pour relire notre histoire et rendre grâce !

manuscrit page1

En 1652, sœur Anne Clément commence à rédiger la chronique de notre monastère depuis sa fondation en 1220. Elle exprime ainsi la raison de sa démarche : « Pour la plus grande gloire de Dieu, et pour une perpétuelle mémoire des gens de Reims, nous ferons connaître, par ce petit recueil, à toutes celles qui nous succéderont en ce lieu, leur établissement et les vertus de celles qui nous ont devancées, afin de les inciter à louer Dieu, à le remercier de ses miséricordes et prier pour leurs bienfaiteurs, à […] faire revivre en elles l’esprit de l’humilité, de la pauvreté, de la dévotion au Saint Sacrement de l’autel, de notre très heureuse Mère sainte Claire ». De même, l’anniversaire des 800 ans de notre arrivée à Reims nous pousse à jubiler et rendre grâce pour toutes celles qui nous ont précédées et ont permis qu’aujourd’hui encore la forme de vie de sainte Claire soit présente dans l’Église de Reims !

plan reims 1635 dessin

 

Les 9 et 10 octobre 2020,

un colloque,

organisé en partenariat avec le département d’histoire de l’université de Reims.

Attention : Le lieu du colloque est désormais à ESAT l'Eveil (1, rue des Montépillois 51350 CORMONTREUIL) près du monastère et non à l'université de Reims comme annoncé précédement.

Il nous donnera l’occasion de visiter cette longue histoire, de 1220 à la Révolution française, de la resituer dans son contexte rémois, ecclésial, franciscain, de faire connaître les documents d’archives qui complètent et confirment la chronique, d’éclairer aussi ses obscurités et ses contradictions, d’interroger ses silences. La deuxième matinée fera mémoire active de la refondation en 1933 par les clarisses de Nantes et développera les enjeux de notre présence aujourd’hui. L’après-midi du 10, nous visiterons l’exposition qui se tient à Reims tout le mois d’octobre, aux Archives Départementales de la Marne intitulée « Sœurs Pauvres 1220 – 2020 : huit siècles de vie clarisse à Reims ».

Présentation des intervenants :
Les grands spécialistes de l’histoire de Reims, de l’histoire franciscaine nous font l’amitié de s’engager avec nous dans ce projet : Véronique Beaulande-Barraud (université de Grenoble : cliquez ici) et Pierre Moracchini (historien, membre de l’Ecole Franciscaine de Paris : cliquez ici) assurent avec nous la préparation de ces deux jours.

Patrick Demouy (présentation voir le lien : cliquez ici), Isabelle Heullant-Donat (présentation voir le lien cliquez ici), Jean François Boulanger (présentation voir le lien cliquez ici), Antoine Lozano-Rios (auteur d'un mémoire de Master 2 sur notre chronique), Jacques Dalarun (présentation voir le lien cliquez ici), Sean L Field (présentation voir le lien cliquez ici), Caroline Galland (présentation voir le lien cliquez ici), Claire Schiano (Université d'Aix-Marseille), Frédéric Gugelot (présentation voir le lien cliquez ici) et Maxime Hermant (présentation voir le lien cliquez ici) nous font l’amitié et l’honneur d’accepter d’intervenir. Frère Eric Bidot, provincial des capucins, et nos sœurs de Nantes s’impliquent aussi durant ces jours !

 

Pour télécharger notre flyer (2,25 Mo en pdf) : cliquez ici 


Déjà merci à chacun, et à vous tous dont la présence attestera la richesse et la diversité des liens tissés par une communauté dans son histoire et son aujourd’hui !

logo 800 3cm

Résumé de notre histoire en quelques lignes :

En 1220, soeur Marie de Braye, arrive à Reims pour établir ce qui semble bien être le premier monastère de clarisses en France du Nord. Elle est envoyée, à la demande d’Albéric, archevêque de Reims, par sainte Claire elle-même, fondatrice des «Soeurs Pauvres» et donc première abbesse du monastère de Reims.
Monseigneur Guillaume de Joinville, successeur d’Albéric, installe la communauté sur un terrain en lisière de la ville. Au fil des siècles, de nombreuses familles de Reims et de la région verront leurs filles entrer au couvent des soeurs clarisses : jeunes femmes de la bourgeoisie, comme Claire, la soeur aînée du ministre Jean Baptiste Colbert, qui fut abbesse au XVII° siècle, de l’aristocratie comme Aldegonde-Jeanne Moet de Louvergny au XVIII°, ou Claude de Condé au XVI°, des familles de laboureurs ou d’artisans comme Anne Clément au XVII°, ou Sébastienne Modène, une des dernières soeurs de la communauté.
1792: Suite au refus des soeurs d’accueillir un aumônier «assermenté», le Directoire de la ville de Reims ferme le couvent et disperse les soeurs. Sébastienne retourne chez elle, à Vieux-lès-Asfeld, emportant le manuscrit contenant l’histoire de la communauté depuis la fondation, pour le soustraire aux ardeurs révolutionnaires.… Fin d’une belle histoire ?

 reliquaire ste claire herpy


En 1933, le monastère des clarisses de Nantes refonde à Reims-Tinqueux, par l’envoi d’un groupe de soeurs…
Et c’est le début d’une nouvelle histoire… voir notre page histoire : Cliquez ici

 bandeau logos colloque