Lettre communautaire d'été 2014

« En tout temps, choisir la vie, la paix, l’autre comme une fête !

Geste de louange

Le temps pascal est terminé, la Parole de Dieu n’a cessé de nous dire : « Ressuscité des morts, Christ ne meurt plus ; la mort sur lui n’a plus d’empire » Rom 6, 9 ; et nous, chrétiens, disciples de Jésus, croyons- nous avec certitude qu’en chacun de nous, que dans nos communautés, notre Eglise, la vie du Christ est agissante et victorieuse sur toute force contraire ? C’est aussi le temps où la nature nous parle de la vie comme d’un jaillissement multiforme et fécond ; comme en écho nous pouvons contempler des témoins de la Paix oeuvrer sans relâche dans les conflits les plus rudes … Lors du temps qui a précédé nos élections communautaires, un frère franciscain nous a invitées à construire la paix avec la modestie d’un artisan dans les petites choses…appel pour cet été pour que la vie du Christ brille et appelle ! Bel été ! »

Sr Alice-Anne et ses soeurs

 

« Béni sois-tu Seigneur de m’avoir créée ! »

80 ans de soeur Marie-Madeleine

C’est le cri de jubilation de Sainte Claire à l’heure où elle passe de ce monde au Père des miséricordes. C’est le cri de louange de chacune de nous, le jour où nous célébrons notre anniversaire. Nous fêtons, avec une certaine ampleur chaque dizaine. (Les anniversaires intermédiaires sont marqués plus modestement.) La veille au soir, la soeur trouve dans sa cellule un bouquet de fleurs et une belle carte, déposés par notre soeur abbesse. Le matin, après les laudes, c’est le festival des bises et des souhaits. La soeur peut partager des souvenirs, des photos, des nouvelles… de sa famille. Elle ouvre aussi les paquets confectionnés maison, avec créativité et gratuité. (jamais de cadeaux achetés !) Et bien sûr, le clou : le gâteau d’anniversaire, personnalisé avec les bougies à souffler ! Puis le groupe de soeurs de la même génération que la soeur fêtée présente « son » cadeau : un sketch, une danse, une chanson…la fantaisie est de rigueur. Pas besoin d’argent pour faire la fête ! Pas de besoin de cadeau somptueux pour être heureux ! Nous ne sommes pas crées pour être rentables, efficaces mais pour devenir des enfants comblés de vivre sous le regard du Père. Célébrer l’anniversaire d’une soeur, c’est une façon de lui dire : Dieu a bien fait de te créer ! Nous sommes heureuses que tu existes telle que tu es, heureuses que tu appartiennes à notre communauté. L’amour se donne et se reçoit. Le temps de nos vies de femmes s’écoule peu à peu, comme tout un chacun, mais Celui qui nous réunit, ensemble, dans cette aventure Evangélique, est toujours nouveau…. Il n’en finit pas de nous créer !

Sr Pascale

 

Le Yobel…corne dont on sonne en Israël pour annoncer les fêtes, d’où le mot jubilé !

Jubilé de 25 ans de vie religieuse

En quelque sorte, le yobel est un faire-part. Car lorsqu’un jubilé s’annonce, cela se prépare et on prévient du monde : la famille de la soeur, ses amis et tous les amis de la communauté quand il s’agit d’un jubilé d’or ! 50 ans de présence dans une vie de louange et d’intercession, cela vaut la peine de prendre quelques jours autour de l’évènement. Mais en communauté, comment cela se passe ? avec nos petits moyens du bord, nous réussissons des exploits de créativité pour personnaliser ce que nous offrons à notre soeur bien-aimée : la porte de sa chambre est décorée selon ses goûts…aime-t-elle la montagne? de merveilleuses photos trouvées dans les revues nous emportent sur des sommets ! Est-ce le Pape dont elle parle toujours? pas de problème avec François qui fait la une des journaux chrétiens. Pour un grand jubilé, même les murs de la chambre (« cellule », en jargon monastique) se couvrent de phrases, de dessins ; des fleurs, ses préférées, des bougies multicolores, des petits objets, tout contribue à créer une atmosphère qui va bercer les rêves de la soeur. Bien sûr, la plus douée en pâtisserie va s’ingénier à décorer le gâteau avec un motif qui parle beaucoup à la soeur. Génoise, pâte d’hostie que l’on découpe, douille bourrée de crème au chocolat, tout est mis en oeuvre pour évoquer un thème qui enchantera la soeur en même temps que tout le monde se régale. Vient le moment important des sketchs, chansons, jeux, un vrai délire! Enfin la soeur déballe ses cadeaux et là, place aux artistes qui dessinent, peignent, composent des poèmes, place aux inventeurs d’objets décoratifs uniquement créés à partir de tout ce qui normalement remplit nos poubelles, mais qui peints, découpés, collés se transforment en personnages, scènes, évoquant la vie de la soeur.
Oui, jubilons à la louange de la gloire du Seigneur !

Sr Elisabeth

 

« Jour de fête et jour de joie » chante-t-on pendant le temps pascal.

Procession d'offrandes un jour de fête

Souvent vous nous demandez : « mais pourquoi a-t-on prié pour cette soeur aujourd’hui ? ou pourquoi telle soeur a t-elle sa fête aujourd’hui ? » En effet, le lien entre le calendrier et la fête d’une soeur n’est pas toujours évident. L’une est fêtée le jour où l’Eglise fait mémoire de sa sainte patronne, une autre à une grande fête de l’Eglise (Pentecôte, Trinité…), une autre à l’anniversaire de son baptême ! Les occasions de fête sont à l’image de la diversité de la communauté et …de notre chemin avec le Seigneur. Vous l’aurez deviné, cela ne relève en rien du hasard ou de la fantaisie ! Souvent nous choisissons le jour de notre fête lorsque nous recevons notre habit de Soeur Pauvre… ou plutôt c’est lui qui nous choisit. Ce choix est en effet très lié à notre vocation. Si nous sommes toutes clarisses, comme à toute personne, Dieu nous parle à chacune de manière unique. Ainsi, nous sommes plus ou moins marquées, appelées, touchées par tel saint, telle fête liturgique, tel aspect du mystère de Dieu qui a beaucoup de sens dans notre chemin de foi. Aussi très concrètement nous signifions notre joie pour le don de Dieu en fêtant notre soeur dans la liturgie (nous prions pour elle, elle porte les offrandes de l’Eucharistie avec l’abbesse, donne la communion, fait une lecture…) mais aussi dans la vie communautaire : nous lui faisons une petite carte fraternelle, sans oublier de l’embrasser. Au réfectoire des « petits plats » sont confectionnés spécialement pour elle et nous écoutons au petit déjeuner une musique qu’elle aura choisie. Autant de petits gestes simples, occasions de manifester concrètement notre joie et notre affection pour notre soeur.

Sr Claire-Blandine

 

La fête des élections communautaires :

La communauté en juin 2014

« Voici que je fais toutes choses nouvelles… » (extrait du livre du prophète Isaïe). En ce printemps 2014, toutes les soeurs sont allées voter, comme tous les Français ! Mais, en plus, nous avons élu le conseil de la communauté et une nouvelle abbesse. Une abbesse, c’est une soeur parmi les autres, bien sûr, mais son rôle, pour l’unité et le dynamisme de toutes est très important. C’est pourquoi changer d’abbesse est un moment à la fois grave, car nous quittons une responsable que nous avons appréciée et estimée, et joyeux, car nous ouvrons les portes à l’avenir dans une confiance sereine. Nous avons donc élu soeur Alice-Anne, une alsacienne discrète et joyeuse. Pour accompagner son mandat, nous lui avons choisi un Conseil bien équilibré : soeurs Marie-Bénédicte et Cécile, pleines de sagesse et d’expérience, soeurs Claire-Myriam et Elisabeth-Marie, qui apportent la fraîcheur de leur élan et de leur nouveauté. Par ce renouvellement, l’Esprit-Saint nous invite à nous tourner résolument vers la nouveauté de Dieu !

Sr Marie-Cécile