Bienvenue chez les clarisses !

Une soeur salueBienvenue à toi pour ce temps de partage de notre vie !

 

Nous sommes une communauté d'une vingtaine de femmes âgées de 40 ans à 92 ans, dont la joie est d'être rassemblées ensemble dans la simplicité et la fraternité.

Chacune a fait l'expérience de la rencontre de Jésus Christ et a voulu le suivre dans une vie de louange et de prière pour les hommes et les femmes de ce temps.

La communauté est heureuse de t'accueillir, seul ou en groupe. Il t'est possible de venir parler avec une soeur, de passer une ou plusieurs journées de retraite, de participer aux temps de prière, à une cérémonie, à une session... Ou simplement entrer pour quelques minutes de silence et de recueillement à la chapelle (toujours ouverte).

 

 

Prier les psaumes ?

Prier les Psaumes


Prier les PSAUMES c’est entrer dans l’Ecoute de la Parole de Dieu.
Mais qu’est-ce que ça veut dire ce mot : PSAUME / psalmodier / psaltérion/ psautier ?
Tous ces mots ont la même racine, la même musique. Le Psaltérion est un genre de harpe. Le roi David environ 1000ans avant Jésus Christ jouait du psaltérion ; et d’ailleurs la Tradition lui attribue la plupart des Psaumes. Le psautier est le recueil des 150 Psaumes ; ils ressemblent à des poèmes plus ou moins longs, écrits en hébreu, qui sont chantés depuis toujours par le Peuple d’Israël à des moments précis de la journée- au lever et au coucher avant les repas etc…et à la synagogue, au fil des journées et des saisons- Pour eux les Psaumes sont comme un arc en ciel qui rappellent l’Alliance de Dieu avec son peuple et du peuple avec son Dieu.
Jésus lui-même a prié les Psaumes,  Il en est très imprégné et on peut le remarquer au moment de sa Passion,  il dit : « Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné »c’est le début du Psaume 21(22). Le Psautier est le Livre le plus cité dans le nouveau testament ; ces Psaumes font vraiment partis du quotidien et façonnent les amis de Dieu. Les chrétiens ont repris ces Psaumes dans la liturgie ; ils l’appellent le « livre des Louanges ».Pour nous, clarisses, nous chantons des Psaumes à tous les offices (5 fois par jour)

Découvrir le Psautier c’est jouer du Psaltérion ; pincer une corde, la faire résonner, écouter, entendre comment ça chante en moi… et ainsi pour chaque corde !
-Faisons vibrer la première ! J’ouvre le Psautier et je lis un psaume, n’importe lequel ; je peux le prendre au 1°degré, par exemple le Psaume 26 « Le Seigneur est ma lumière et mon salut, de qui aurai-je crainte ! » il parle du Seigneur, de lumière, de salut, pas de crainte donc confiance ; tout ceci me donne à méditer à prier le Seigneur. Le Psalmiste qui a écrit ce psaume a fait une expérience de Dieu et il la traduit par un Psaume. Je peux m’approprier ce Psaume, est-ce que j’ose la confiance en Dieu dans telle ou telle situation quand je ne sais ce qui va advenir ? Est-ce que crois que la Lumière vient de Dieu plus que de mes propres moyens ?  Quand je prie les Psaumes j’essaie de les laisser interpeller mon aujourd’hui.
-Pinçons une 2°corde ! pour moi prier les Psaumes, c’est être en communion avec toute l’Eglise car nous les chantons en communauté, suivant la « liturgie des Heures » (c’est à dire la prière qui est proposée pour tous ceux qui ont cette mission de prier pour le monde). Je sais que les prêtres, les religieuses et bien d’autres vont prier les mêmes psaumes que moi et j’y ressens une grande force d’intercession pour ceux qui sont malades, exilés, au chômage, en guerre …et aussi d’action de grâces avec ceux qui vivent des évènements heureux, sachant que notre Dieu veille sur chacun.
-Une 3°corde peut être celle d’écouter comment Jésus, lui aussi, les a priés. Lui qui est la Lumière, qui est le Salut ; Il était totalement uni à son Père et sa Lumière n’est pas pour nous éblouir mais pour guider. Avec Lui plus de crainte !
-4° corde. Dans certains Psaumes, il y a une forme d’interpellation directe : «Ecoute Seigneur je t’appelle,  N’écarte pas ton serviteur avec colère, Mon Dieu viens vite ! » c’est une invitation à crier vers Dieu à ne pas avoir peur de lui dire simplement notre détresse et presque à le secouer pour qu’il change la situation. Les Psaumes apprennent à parler simplement comme avec un ami :  « Je crie vers Toi Seigneur, écoute mon appel, De tout mon cœur Seigneur je te rends grâce, tu as entendu les paroles de ma bouche ». Ou bien en union avec d’autres, on se dit « Chantez au Seigneur un chant nouveau, Louez le Seigneur tous les peuples, Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu’il m’a fait ». Les Psaumes, à force d’être chantés régulièrement, reviennent facilement en mémoire, et c’est un peu le fond de notre cœur qui s’exprime.   
-Autre corde ! celle qui détonne au changement de temps !!!c’est toutes les petites phrases qui nous agacent, qu’on n’a pas envie de dire au moment où la liturgie les propose. Par exemple, chaque dimanche à Vêpres, nous chantons : « je ferai de tes ennemis le marche- pieds de mon trône », ce n’est pas une image qui me parle beaucoup ! ou bien : « ceux qui pourchassent mon âme, qu’ils descendent au profondeur de la terre ! »  Pourtant, il faut bien reconnaître que parfois il y a des envies en moi de faire disparaître ceux qui me gênent !!!
-A force de psalmodier jour après jour, je connais par cœur beaucoup de passages et ce n’est pas rare qu’ils me reviennent juste au bon moment pour m’aider à vivre des situations bien précises. Par exemple, quand j’ai la chance de voir un beau lever de soleil, me vient à l’esprit : « les cieux proclament la gloire de Dieu …le soleil, tel un époux hors de sa tente s’élance en conquérant joyeux, il paraît où commence le ciel … il s’en va jusqu’où le ciel s’achève ». Un jour où j’ai pris une remarque du mauvais côté, tout de suite m’est venu à l’esprit ce petit  verset :  « Laisse ta colère, calme ta fièvre, ne t’indigne pas, il n’en viendrait que du mal » ; j’avoue que ça m’a calmée d’un coup et nul doute que l’Esprit avait soufflé. Encore un petit exemple, quand nous vivons un moment fraternel en communauté, à la fin nous prenons facilement le psaume qui dit « qu’il est bon qu’il est doux pour des frères (des sœurs !) de vivre ensemble et d’être unis »…
   
Il y a encore d’autres cordes au psaltérion, à chacun de se laisser imprégner par ces prières, ces mots de la Bible qui ont été repris de génération en génération depuis 3000ans et qui sont encore tellement d’actualité aujourd’hui !

Si tu oses ouvrir le Psautier, tu te rendras vite compte que dans un seul psaume on peut passer très vite d’un état de paix à un état de révolte, ou de maladie et revenir à la confiance, à la joie. Ceux qui ont écrit les Psaumes étaient des hommes inspirés par l’Esprit de Dieu ; mais ils racontaient simplement ce qu’ils vivaient eux-mêmes ou avec le Peuple d’Israël. Les Psaumes nous gardent les pieds sur terre. C’est un Bonne Nouvelle !!!

Sœur Pierre Marie

 

Prier avec son corps ?

soeur claire-Myriam

Bonjour !
Qu’est-ce qui m’habite et que je désire te partager lorsque je pense à la prière « gestuée » ?
C’est le mot JOIE ! Oui, je suis profondément heureuse de « gestuer » et d’essayer de faire entrer les autres dans ce mouvement.
La prière « gestuée », je la vis comme une autre manière, une autre porte d’entrée pour apprendre à prier. Lorsque je danse, que je « gestue », je fais l’expérience que ma prière peut s’incarner par mes gestes, et devenir plus visible, plus vivante à travers mon corps, mes pas de danse.


Peut-être, ce qui peut t’aider pour prier avec ton corps, c’est de choisir un chant, un psaume, de la musique, que tu aimes, qui te plaît, et laisser monter en toi tel ou tel geste tout simple, qui vient de ton cœur et qui peut exprimer des sentiments différents, des couleurs différentes : joie, louange, supplication, intercessions …
Belle « danse » avec le Seigneur !

Soeur Claire Myriam

Soeurs qui dansent

 

FAQ - WHY ?

  • Que faites-vous comme travail ?

    Coupe des hostiesNotre principal travail rémunéré est la fabrication des hosties pour le culte. Nous confectionnons aussi des ornements liturgiques.( Pour en savoir plus, consultez la page "Travail et solidarité" dans le menu "c'est quoi notre vie" ).

    Pour mettre en valeur les dons de chacune, nous réalisons  des petits objets : chapelet, cartes, bougies... qui expriment notre créativité. smiley

  • Avez-vous le droit d'avoir un portable ?

    Accueil au téléphoneNous n'avons pas de téléphone portable. Pour accueillir dans un climat de prière et d'intériorité toutes les nouvelles confiées, nous avons fait le choix d'avoir un seul téléphone fixe pour toute la communauté. A tour de rôle, une sœur accueille les personnes qui téléphonent ou qui viennent à la porte. laugh

  • Faut-il être chrétien pour venir faire une retraite ?

    banc sous un arbreHabituellement, si l'on désire venir à une retraite c'est pour passer du temps avec le Seigneur, mieux le connaître, nourrir sa relation au Christ, ce qui présuppose de l'avoir rencontré. Néanmoins une personne en recherche de silence, d'intériorité, de "Quelqu'un" peut venir: la porte est ouverte bien sûr et…peut-être fera-t-elle l'expérience de Dieu? Et …Alléluia !

  • Est-on obligé d'aller aux offices quand on vient chez vous ?

    temps de prière à la chapelleL'office: un trésor à partager. Ce n'est pas obligé mais quel dommage de venir au monastère sans goûter au moins un temps de prière ensemble! C'est passer à côté de l'Essentiel de notre vie, un peu comme si vous passiez une journée avec un ami sans partager le repas. Ceci dit, il n'y a personne pour pointer smiley…!

  • 1
  • 2

A retenir

  • Info 1
  • Info 2
  • Info 3

Cercle de silence sur Reims  :

Tous les derniers mardis de chaque mois, un cercle de silence a lieu de 18h30 à 19h30 place d'Erlon près de la fontaine de la solidarité. Ce cercle est organisé par plusieurs personnes et/ou associations de défense des migrants. Il veut dénoncer la situation vécue dans les centres de rétentions. Plusieurs membres des fraternités séculières de Reims et des environs y participent. Notre communauté, au même moment, s'y associe par la prière.

Prochaines dates :  mardi 31 octobre et mardi 28 novembre 2017.

Journée diocésaine franciscaine :

Venez vivre au monastère le dimanche 12 novembre 2017, une journée pour découvrir la famille franciscaine et échanger avec ses membres.

Le thème sera : " Comment vivre à la franciscaine en 2017 ? ".

Programme : Accueil à 9h15 suivi par une intervention à 9h45 du frère Henri LAUDRIN sur le thème.
Messe à 11h15 présidée par Monseigneur Bruno FEILLET suivi d'un repas partagé (tiré du sac).
à 15h reprise avec un carrefour et débat sur l'intervention du frère Henri puis envoi et prière des vêpres à 17h30.

frere Henri Laudrin


 

Réveillon du 31 décembre 2017 :

La famille franciscaine propose un repas convivial à l'hôtellerie, ouvert à toute personne isolée, suivi de la veillée de prière pour la paix à 23h à la chapelle avec la communauté.
Contact auprès de Monique FERMIER au 06.71.72.19.46

 ou par courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.